Une main qui écrit dans un carnet avec un stylo à plume. Photo by Ben-Art.
Rechercher

Le chemin de l’épanouissement, un cycle qui se répète.


Une femme marche en nature.
L'Odyssée d'Anha - photo @Ben-Art.photo.

Youhou ! Je célèbre avec toi, l’ouverture officielle de mon blog avec ce premier article.


Un espace où nous pouvons partager, échanger, où je répondrai à tes questions à travers mes articles et les commentaires.


Pour ce premier post, je te propose d’aborder cette phrase que les femmes que j’accompagne me partagent souvent : « Je n’ai pas l’impression d’avancer ! »


Sur le chemin de ton épanouissement, tu sens peut-être que quelque chose bloque et t’empêche d’atteindre ce que tu désires vraiment.


Tu fais des efforts et ils payent, tu cherches des réponses et tu en trouves !


Mais tu reviens inlassablement à une situation dont tu ne veux plus.

Peut-être moins vite, moins souvent, moins longtemps, mais elle est là, tenace, et le cycle se répète.


Une sphère de ta vie s’est améliorée, mais il y a encore comme un petit grain dans le rouage, un cheveu dans la soupe, comme on dit chez moi.


Le chemin de l’épanouissement, un cycle qui se répète : Sois douce avec toi-même.


Aujourd’hui, il y a des milliers de possibilités dans le milieu du développement personnel pour trouver des moyens, des outils, des méthodes pour nous sentir mieux au quotidien, pour nous épanouir, pour évoluer.


Il y a tout autant d’intentions, de désirs dans chaque être humain.


J’ai constaté, avec ma dureté naturelle envers moi-même, que l’on a bien vite fait de se disperser, de s’éparpiller, de rester en surface, dans le faire vite pour obtenir des résultats tout de suite

Et c’est ce que l’on nous vend tous les jours.


Au final, tu peux te sentir déçue de ne pas atteindre cette légèreté, cet épanouissement ancré et assumé aux yeux du monde.


Ces mots sont rudes et c’est pour cela que je te parle de ma dureté naturelle envers moi-même, car je me suis jugée avec ces yeux-là et peut-être que tu le fais aussi.


Alors qu’aujourd’hui, les mots que je prononce le plus aux femmes que j’accompagne sont : sois douce avec toi-même.


Et je t’avoue que je chemine encore avec ce mantra chaque jour.


Le chemin de l’épanouissement, un cycle qui se répète : ton développement personnel n’est pas une destination.


Si cela fait longtemps que tu chemines dans le développement personnel, dans la spiritualité à chercher ce petit truc qui te permettra de sentir à l’intérieur de toi que ça y est, tu as atteint une grande étape de métamorphose pour toi, et que tu te sens décourager de ne pas y arriver, je te comprends.


Peut-être même que tu as cette sensation de gratter la surface sans arriver à pouvoir toucher ce qui pourrait être vraiment essentiel pour toi.


Ou encore que tu aies conscience que, d’une certaine façon, tu te limites personnellement à cette surface sans savoir pourquoi tu le fais alors que tu veux réellement faire un travail profond pour ton épanouissement.


Tout ceci est normal et humain.

Nous nous protégeons nous-mêmes de nos propres ombres, de nos démons, nous sommes conçus pour cela : nous protéger pour survivre.


J’imagine que, toi aussi, tu as déjà regardé des films d’horreur.

Tu connais ce moment, quand tu regardes un des personnages descendre pour voir ce qui se passe ou ouvrir une porte dans le noir et que tu te demandes :

« Mais pourquoi, il fait ça ?! »

Tu cries dans ton canapé en te cachant derrière un coussin : « Non n’y va pas ! »


Pourquoi irais-tu ouvrir cette porte lugubre, descendre tes escaliers qui mènent à ta cave pour découvrir tous les monstres qui s’y cachent !?


Il m’est arrivé bien souvent de me demander pourquoi je m’infligeais cela.


La réponse est simple et sous différentes formes et variations, se résume en cette phrase : j’en veux plus de la vie !


Ton épanouissement n’est pas une destination, il est un chemin, une odyssée et chaque millimètre que tu franchis est une étape, une avancée.


Le chemin de l’épanouissement, un cycle qui se répète : La spirale de guérison.


Lorsque nous débutons sur cette voie, nous entrons dans quelque chose que l’on peut nommer une spirale de guérison.


Cette spirale débute tout en haut, au bord extrême de l’extérieur, de la surface.


Au fur et à mesure que tu trouves tes clés, tes réponses, tes outils, que tu développes ta conscience et ta connaissance de toi, tu avances dans ta spirale de guérison et tu atteins une étape.


Cette étape, tu peux la savourer pleinement et je t’invite à le faire, jusqu’à ce que tu sentes à nouveau le besoin d’avancer, d’aller plus loin.


Là, tu franchis une nouvelle porte et peut-être que tu vas rencontrer des éléments similaires que tu auras déjà rencontrés ou travaillés, mais avec une nouvelle conscience.


Ainsi, tu vas pouvoir aller un peu plus loin dans ta spirale, un peu plus vers l’intérieur, un peu plus profond, un peu plus vers toi.


Et ainsi de suite, comme un oignon qui se pèle pour atteindre le cœur.


À chaque étape, tu vas jusqu’où tu es prête à aller, tu reçois ce que tu es prête à recevoir dans tes sagesses, ta connaissance et la conscience de toi-même.


Et c’est un processus propre à chacun, chacune et à son rythme.


Personnellement, s’il y a 16 ans, en débutant avec le Reiki, j’avais dû toucher les vérités de mon histoire que je connais aujourd’hui, mes systèmes mental et émotionnel n’auraient pas pu l’accueillir et en retirer tout ce qu’il y a de beau pour moi.


Oui, j’ai mis 16 ans, mais à chaque instant de ces 16 années, j’ai avancé pour être là aujourd’hui à t’écrire.

Comme chaque action que je fais aujourd’hui me prépare à l’épanouissement que je vivrai demain.


Alors, sois douce avec toi, célèbre chaque millimètre que tu franchis, car chacun d’eux est important.


Mon but est de t’accompagner dans ces millimètres, c’est pour cela que tu trouveras dans ce blog des éléments pour te soutenir dans ton odyssée vers ta Terre Promise.


Commençons à tisser ce lien et partage-moi en commentaire quelle est l’étape que tu as franchie dernièrement et que tu as envie de célébrer ici ou celle que tu aimerais franchir.


Je me ferai une joie de te lire et de te répondre.


Amitiés,

Anha.