Une main qui écrit dans un carnet avec un stylo à plume. Photo by Ben-Art.

Défi Écriture Jour 72/109 : Go Go Go !


Ha Ha ! Revoilà l’énergie de l’action !

L’énergie de la jeune fille qui réapparait dans cette phase post-menstrues du cycle féminin.


Phase que l’on n’a pas encore vraiment abordée dans ces notes, du coup, j’en profite !


Certaines décrivent cette phase de notre cycle en termes d’insouciance, de légèreté, de liberté, de séduction, car elle est associée à l’énergie du printemps.


Pour moi, c’est surtout le côté mise en action pratique qui est présent.

C’est comme un gisement d’énergie que j’ai besoin de canaliser dans des tâches pratiques, terre à terre pour ne pas me disperser.

Ce qui veut dire qu’à cet instant où je t’écris, je me fais un peu violence ! Haha !


Car être assise, me poser pour laisser mon esprit créer quelque chose d’inspiré ou d’inspirant n’est pas du tout aligné avec l’énergie dans laquelle je me trouve à cet instant.


C’est plutôt le moment de faire ma comptabilité, de planifier, de préparer des rendez-vous, ou même de créer, mais avec mes mains un objet tangible comme crocheter une ceinture de lune.

Bien que ce soit du créatif, c’est surtout une tâche répétitive qui se fait avec concentration sur les points à effectuer.


Pour ce qui est de l’insouciance, alors là oui !


Mes grandes planifications avec leurs objectifs élevés, mes décisions ne sont pas toujours très réfléchies ou réalistes dans cette semaine-là du mois.

D’ailleurs l’idée de ce défi n’est-elle pas née dans cette phase ?


Résultat, je commence à prendre conscience de l’ampleur de mon truc pendant l’ovulation puis j’ai une petite tendance au « drama » arrivée à l’enchanteresse quand je me sens dépassée par ce que j’ai moi-même initié.


Bon, je me « soigne », j’apprends à me fixer des objectifs plus accessibles, réalisables.

Attention, cela ne vaut pas dire que je me limite.


Seulement, j’ai compris qu’en regardant le pic de la montagne, il me paraissait vite inaccessible alors que de monter le premier tout petit palier est possible, et cela un palier à la fois jusqu’en haut.


On voit cette image véhiculée encore et encore sur les pages de coaching et peut-être qu’elle te paraît un peu bateau, mais c’est un fait, c’est la base.


Pour que mon cerveau accepte de monter, il est nécessaire que l’effort, l’action lui paraisse réalisable, et cela en tenant compte de mes capacités et des croyances qui gouvernent mon monde à ce moment-là.

Bref, sortir progressivement de la zone de confort aidée par cette énergie de la jeune fille dont l’insouciance peut nous porter à oser.


Et toi, comment vis-tu cette phase de ton cycle, cette énergie de la jeune fille ?


De cœur à cœur,

Anha🌹