Une main qui écrit dans un carnet avec un stylo à plume. Photo by Ben-Art.

Défi Écriture jour 5/109 : Quand les petits détails t’énervent !



Tu as remarqué comme certains jours les moindres détails qui ne se passent pas comme tu veux, t’énervent !


Ces jours où tu fais tout un plat à fromage d’un truc qui aurait pu te passer à dix mille au-dessus de la tête.


C’est comme ça que ma journée a commencé.


Je n’avais pas les pâtisseries que je voulais pour mon après-midi ..

Tu te rends compte, non, mais quelle galère vraiment ! 🤷🏼‍♀️


Et comme, en plus, ce n’était pas moi qui avais été les chercher… (sans commentaire) 😬


Pour m’aider à passer ma frustration, je me suis mise à rendre ma maison accueillante puisque j’allais « recevoir ».


Oui, j’aime bien que mon cocon soit chaleureux et préparé à accueillir sans être une maniaque du nettoyage loin de là, c’est plutôt une question d’énergie.

Un rituel.


C’est pour cela que pour venir me voir il faut prendre rendez-vous.

Tu te souviens : l’ourse, la grotte ?


Si tu viens frapper à ma porte sans crier gare, je te garantis que tu sentiras la différence d’énergie !


Une fois la maison prête, c’était mon tour (non je vais pas te décrire toute ma journée, rassure-toi).


Et sous la douche, j’ai compris et par la même occasion j’avais le sujet de cet article.


Oui, il m’arrive beaucoup de choses sous la douche.

C’est là que j’ai mes éclairs de génie, mes prises de conscience, que je règle mes conflits internes.. etc.


Une relation particulière à l’eau que je te partagerai peut-être plus tard.


Donc, j’ai compris !

En laissant l'eau couler sur mon corps, je me suis dit :

« Bon, Anha ! C’était une peu ridicule ce matin ! Pourquoi t’énerves-tu comme ça ? »


Et la réponse instantanée a été : ton cycle !


Et oui, je réfléchis 2 secondes et oui c’est ça je suis dans la phase de l’ovulation, la phase de la Mère.

C’est la phase de mon cycle où je suis clairement le plus désagréable !

Je me suis aperçue d’ailleurs que c’est le cas de pas mal d’autres femmes.

C’était il n’y a pas très longtemps et je t’assure que c’était une révélation pour moi.


Je t’explique c’est cocasse !


J’ai porté un stérilet hormonal pendant presque 15 ans.

Avant cela je prenais la pilule.


Bref, je ne me suis pas intéressée à mon cycle menstruel avant 2016 par-là, j’avais 37 ans.

Jusque-là c’était quelque chose de dérangeant, de sale, à cacher, à même tenter d’éviter, de pénible….


J’en ai des choses à te raconter à ce sujet, mais pour l’heure, restons sur le fait que je n’avais plus de menstrues depuis bien longtemps lorsque je me suis penchée sur le cycle féminin.


Je l’ai abordé sous un angle énergétique, spirituel d’abord puisque c’était ma porte d’entrée à l’époque pour mon développement personnel.


J’étais loin d’être en lien avec mon corps, c’était le début d’un chemin.


Et donc je me suis lancé dans l’observation et l’identification de mes phases sous cet angle puisque malgré ma contraception, je restais une femme cyclique.


D’après les apprentissages que je recevais, la phase d’ovulation était celle où une femme a envie de s’occuper des autres, de mettre les petits plats dans les grands, d’être à l’écoute et dans le soutien, etc..

Bref, j’avais l’image d’un mélange entre « Brie Van de Kamp » (pour ceux et celles qu’on la réf), d’une assistante sociale et d’une psy toute douce et aimante dans la vallée rose des Bisounours.


En observant mes différentes énergies et humeurs, en remplissant comme une première de classe ma jolie roue de cycle avec des couleurs, mon tableau et mes notes.. Oui j’étais à fond !


Je ne trouvais ces moments que très rarement dans le mois voire pas du tout ou alors très brièvement.


J’ai fini par en déduire que je ne traversais plus cette phase.


Au-delà de ça, que l’archétype de la Mère était quasi inexistant en moi.

Je te laisse imaginer l’impact que cela a eu sur ma perception de moi, de femme, de mère. Moi qui étais tellement en recherche de moi, de reconnaître ma féminité.


J’ai même tenté d’agir comme les descriptions que je lisais, quand j’y pense aujourd’hui c’est presque risible, mais pas tant que ça.


Les années sont passées et j’ai continué mon chemin.

J’ai croisé la symptothermie, j’ai retiré mon stérilet, refuser toute forme de contraception quelle qu’elle soit.

Et j’ai appris à observer, ressentir et comprendre mon corps.

Aujourd’hui, je sais que je lisais ma carte à l’envers.


Je sais que je ne suis pas cette description parfaite.

Dans cette phase de mon cycle, j’aime passé du temps avec les autres, mais surtout c’est le moment où je suis le plus exigeante, égocentrée (cela doit être comme je veux !) et le moins à l’aise dans mon corps.


Et c’est ok, c’est moi.

C’est ce que vivent plein d’autres femmes en réalité et peut-être toi aussi ?


J’ai senti le soulagement en moi lorsque j’ai compris cela et que j’ai commencé à lire ma carte à l’endroit.

Cette part de Mère est présente en moi, même bien présente.

C’était une guérison.

Une leçon aussi.

Celle de prêter une attention particulière aux enseignements que je suis.

À faire le tri de ce qui m’apporte vraiment quelque chose dans ces enseignements.


De cœur à cœur,

Anha. 🌹